Mieux Vivre Ensemble

"Car chacun d'entre-nous sera un jour confronté au handicap.

Pour soi même ou pour un proche ! Alors agissons ensemble" 

Louis MENARD - Président de l'Association Mieux Vivre Ensemble
Louis MENARD

« Le handicap n’est pas simplement un problème de santé. Il s’agit d’un phénomène complexe qui découle de l’interaction entre les caractéristiques corporelles d’une personne et les caractéristiques de la société où elle vit. Pour surmonter les difficultés auxquelles les personnes handicapées sont confrontées, des interventions destinées à lever les obstacles environnementaux et sociaux sont nécessaires. »

Adhésion gratuite à l'association

L'adhésion à notre association est totalement gratuite !
Car pour nous, le droit de se défendre et de s'informer pour une personne en situation de handicap, ne doit pas être une marchandise !

Bulletin d'adhésion

Votre article :

Partagez cette info sur vos réseaux !

Après une nuit auprès des malades aux soins intensifs en Suisse, une Française a été verbalisée en rentrant chez elle en France.

L'infirmière venait de passer la douane de La Cure (VD) lorsqu'elle a été contrôlée par des gendarmes français.

Samedi matin vers 8 heures, une Française de 36 ans rentrait chez elle. Il s’agit d’une «employée comme infirmière aux soins intensifs dans un établissement hospitalier suisse», relate «L’Est Républicain». La jeune femme venait de travailler une nuit auprès des patients. Mais juste après avoir passé la frontière à La Cure (VD), elle a été amendée.

Cette infirmière, note le quotidien français, avait pensé à remplir son attestation pour l’aller, la veille, mais pas pour le retour. Mais elle possède le macaron officiel «employée d’un service de santé» sur sa voiture. Elle a une demande de laissez-passer pour raison impérieuse de santé publique établie par l’hôpital qui l’emploie. Ainsi que son contrat de travail suisse. Elle pensait donc avoir prouvé sa bonne foi.

«La règle, c’est l’attestation»

«Mais le gendarme m’a dit: ça ne suffit pas. Il y a une règle, et la règle, c’est l’attestation», témoigne-t-elle. Et de lui infliger 135 euro d’amende.

«J’ai pensé au dernier patient que j’avais désintubé et qui a dû m’envoyer une bonne dose de virus au visage. À mes enfants qui vivent actuellement chez mes parents à deux heures de route de chez moi et que je ne peux pas voir. Ce travail nous demande un tel investissement par rapport au bénéfice qu’on en retire.

J’étais écœurée», réagit-t-elle dans «L’Est Républicain».

La jeune femme a écrit au préfet pour qu’il annule l’amende. Pas pour ne pas payer, dit-elle, mais pour le principe: «Je trouve que ce genre d’attitude dénature le sens de l’action publique.»

Source LE MATIN. CH

Cet article Une infirmière œuvrant en Suisse écœurée par une amende…! est apparu en premier sur Handicap Info.

Source handicap-info.fr

Dernières actualités