Mieux Vivre Ensemble

"Car chacun d'entre-nous sera un jour confronté au handicap.

Pour soi même ou pour un proche ! Alors agissons ensemble" 

Louis MENARD - Président de l'Association Mieux Vivre Ensemble
Louis MENARD

« Le handicap n’est pas simplement un problème de santé. Il s’agit d’un phénomène complexe qui découle de l’interaction entre les caractéristiques corporelles d’une personne et les caractéristiques de la société où elle vit. Pour surmonter les difficultés auxquelles les personnes handicapées sont confrontées, des interventions destinées à lever les obstacles environnementaux et sociaux sont nécessaires. »

Adhésion gratuite à l'association

L'adhésion à notre association est totalement gratuite !
Car pour nous, le droit de se défendre et de s'informer pour une personne en situation de handicap, ne doit pas être une marchandise !

Bulletin d'adhésion

Votre article :

Partagez cette info sur vos réseaux !

Des milliers de corps étaient livrés à la pourriture et aux rongeurs en raison de la vétusté des lieux, ou vendus à des entreprises privées, selon L’Express.

Des corps donnés à la science entassés dans un état épouvantable pendant des années à l’université Paris-Descartes. Une morgue, ici à l'hôpital de l'AP-HP Bichat-Claude-Bernard. (illustration)

Vidal (à l’Assemblée le 24 septembre 2019) ordonne la fermeture du Centre du don des corps de l’université Descartes après la découverte d’un charnier

Les révélations font froid dans le dos : en plein coeur de Paris, à la prestigieuse faculté de médecine Paris-Descartes, le Centre du don des corps (CDC) s’est transformé en véritable charnier pendant «des décennies», et ce au moins jusqu’en 2018, révèle une enquête de L’Express mardi 26 novembre. Au lendemain de ces révélations, l’université Paris-Descartes a annoncé la fermeture provisoire du centre, le lancement d’une inspection et la mise en place d’une ligne téléphonique pour les familles (01-42-86-20-48). Dans un nouvel article paru ce mercredi, L’Express fait par ailleurs de nouvelles révélations: la situation aurait perduré «jusqu’à ces derniers jours», selon plusieurs témoignages.

Des milliers de corps «démembrés» étaient livrés à la pourriture, aux vers et aux rongeurs, en raison de la vétusté des lieux : chambres froides non hermétiques, absence de ventilation et pannes à répétition. Mais un autre scandale s’ajoute au scandale : des corps ou des «pièces anatomiques» – membres ou organes – ont été monnayés, en violation de toutes les règles d’éthiques à des entreprises privées. Un ancien directeur du CDC évoque en outre un «trafic» auprès de chirurgiens désireux de faire des recherches.

Mouches, vers, putréfaction

Selon L’Express, le Pr Richard Douard, président du CDC de 2014 en 2017, aurait alerté Frédéric Dardel, président de Paris Descartes et aujourd’hui conseiller de la ministre de la recherche, Frédérique vidal, un document de 27 pages avec photographies à l’appui, et ce fin 2016.

Face à «l’inertie des pouvoirs publics», Richard Douard démissionne en octobre 2017. Sa démission est suivie de celle de Xavier de Bonnaventure, chargé d’enseignement en droit public et alors membre du comité d’éthique du CDC, puis de celle du Pr Brigitte Mauroy, urologue à Lille et présidente dudit comité d’éthique.

Des travaux de rénovation de 8 millions d’euros sont alors votés, mais ils ne seront effectifs qu’au premier trimestre… 2020. Depuis, un «grand nettoyage» (sic) aurait eu lieu avec des incinérations massives. Certains corps n’auront alors jamais servi à la science.

Mais selon L’Express, les dysfonctionnements auraient perdurés par la suite au CDC, et ce jusqu’à très récemment. Outre les graves problèmes éthiques liés au respect dus aux morts, la vétusté des lieux a ainsi posé la question des conditions de travail déplorables des médecins.

Commerce et trafic de corps humain

Mais le scandale ne s’arrête donc pas là. En violation de toutes les règles d’éthique, les « pièces anatomiques », membres ou organes, sont monnayées à des industriels, laboratoires ou entreprises privées, par exemple pour faire des crash tests de voiture, selon Alex Kahn, ex-président de Paris-Descartes.

Un corps entier pouvait ainsi être vendu 900 euros, un membre 400 euros. Une tarification votée en 2011 par le conseil d’administration de l’université. Frédéric Dardel, interrogé par L’Express, défend cette vente de dépouilles votée sous sa présidence : «Les corps représentent un coût marginal, il est normal que ceux qui les utilisent payent». Selon un audit de KPMG, les organismes privés auraient ainsi contribué à 75% du chiffre d’affaire du CDC en 2013.

Les chirurgiens, professeurs d’université parisiens désireux d’élaborer des recherches, doivent également payer pour avoir accès aux corps. Certains repartent alors chez eux avec des «pièces anatomiques» dans leur sac. « Oui, il y avait du trafic, confie à L’Express le Pr Guy Vallancien, directeur du CDC de 2014 à 2018. «Les préparateurs revendaient des pièces le samedi matin à des chirurgiens, qui les emportaient», dit-il.

Le Pr Bertrand Ludes, qui a pris les rennes du CDC à l’automne 2018, certifie vouloir mettre fin aux démembrements des corps, instaurer la prise en charge financière des dissections par l’université, et résilier les partenariats avec les entreprise privées.

Mercredi 27 novembre, scandalisé par ces révélations, un syndicat de médecins, l’Union française pour une médecine libre (UFML) a annoncé, auprès de Franceinfo, son intention de porter plainte.

Source LE FIGARO.

Cet article Scandaleux !!! Corps conservés dans des conditions indignes: fermeture provisoire du Centre de Paris-Descartes…! est apparu en premier sur Handicap Info.

Source handicap-info.fr

Dernières actualités